PREMIÈRE ANNÉE

Le tissu. — Le tissu d'un corset s'emploie dans le sens du droit fil, c'est-à-dire dans le sens de la lisière, celle-ci posée en hauteur du Corset.

Les Brides. — Les brides se font à la pointe des goussets, dans le haut des goussets de hanche et dans le bas des goussets de poitrine, afin d'éviter que le tissu coupé droit fil ne se déchire. Les points seront très serrés surtout dans les coins, qu'ils devront consolider (fig. 4).

Les Brides
Fig. 4.

Point de chausson. — Les points de chausson se font à la pointe intérieure des goussets afin d'éviter les remplis et les épaisseurs (fig. 5 et 6).

Les Reprises. — Les reprises se font au point de bride.

Point de chausson
Fig. 5.
Point de chausson
Fig. 6.
Les Reprises
Fig. 7.
Les Reprises
Fig. 8.


On les fait rondes généralement au bout des baleines et ressorts, lorsque le tissu manque, et carrées aux endroits où le tissu est usé (fig. 7 et 8).

Les Pinces. — Les pinces et goussets servent à donner de la cambrure ou du bombé par la largeur mise au côté, selon la forme à obtenir (fig. 9 et 10).

Pinces
Fig. 9.   Fig. 10.

Les Baleines. — Couper les baleines sur les longueurs voulues. Les arrondir dans les bouts, les gratter sur le sens de la longueur, pour enlever les angles, les baleines ne devant être employées que plates, afin de ne pas user le tissu : les amincir en haut et en bas, sur une petite hauteur afin d'éviter de les faire pointer dans le corsets.

Pose du busc. — Faire des points de surjet en haut et en bas sur une hauteur de 3 centimètres afin de maintenir le busc à sa place. L'ajuster en s'assurant que les deux côtés du corset sont d'égale hauteur. Faire sur le tissu, en face de chaque bouton, un æillet brodé, qui empêchera le trou de s'élargir. Surjeter en commençant toujours de droite à gauche, afin de maintenir le tissu et le sergé sur le busc (fig. 11 et 12).

Pose du busc
Fig. 11.
Pose du busc
Fig. 12.

Les Éventails. — Les éventails se font en rond ou croisés. Pour arrêter les baleines, faire des points de piqûre en haut et en bas, puis ensuite faire l'éventail sur le point d'arrêt afin de consolider le tissu (fig. 13 et 14)

Boutonnage. — Lorsque le corset est très court et doit

Boutonnage
Fig. 13.
Boutonnage
Fig. 14.

Boutonnage
Fig. 15.


Boutonnage
Fig. 16.


Boutonnage
Fig. 17.


être souple, on évite de mettre un busc. On place alors sur le côté du corset, des cocottes ou boutonnières de tissu, de 2 ou 3 centimètres les unes des autres et en les dissimulant sous une patte. Les boutons doivent être placés en face sur le côté gauche (fig. 15 à 18).

Boutonnage
Fig. 18.

Agrafage. — On peut mettre des agrafes de différentes fabrications. Une sous-patte placée sur le côté gauche les empêchera de déchirer le linge, elles seront dissimulées par une patte placée sur le côté droit.

Les œillets. — Pour poser les œillets à un corset, on marque tout d'abord celui de la taille à la pointe de la cambrure. Le second œillet devant former paresseuse, sera percé à un centimètre au-dessus, tous les autres doivent être placés à un centimètre et demi de distance les uns des autres.

Les goussets. — Les goussets sont des pointes ajoutées dans un corset pour donner de la largeur en haut ou en bas. Ils sont pointus ou carrés. Ces derniers donnent moins de cambrure. Le sens droit fil du gousset doit se rapporter au sens droit fil du corset, en observant toutefois que le sens soit tourné en avant dans le bas, afin d'envoyer la largeur en avant. Le contraire sera fait dans le haut (fig. 19).

Les goussets
Fig. 19.

Les plaques. — Les plaques sont des baleines posées en biais dans le haut des corsets et qui servent à maintenir l'omoplate. Les sous-plaques sont des baleines mises au-dessous des plaques (fig. 20 et 21).

Manière de plier le tissu. — On doit plier le tissu d'un corset quelle qu'en soit la largeur, dans le sens droit fil, sur lisière. Cependant si c'est un tissu broché ou rayé, prendre garde à ce que les dessins ou les raies se rencontrent.


Placer toujours les pièces dans le même sens de bas en haut, de façon à ce que le tissu ne diffère pas de ton ou de sens d'une pièce à l'autre.

Les plaques
Fig. 20.
Les plaques
Fig. 21.

Manière de poser un patron. — Pour couper chaque pièce d'un corset, il faut plier le patron dans le sens droit fil et l'épingler dans ce même sens sur le tissu, c'est-à-dire dans le sens de la lisière. Mettre la pièce à plat et couper tout autour en se réservant 1 centimètre ou 2 centimètres de rempli. Procéder de la même manière pour les goussets. Avant de retirer les épingles, tracer pièces et goussets pareils au patron. Faire aux fentes des goussets pointus 1 centimètre de rempli dans le haut en diminuant sur le bas, et en augmentant au contraire pour les goussets carrés. Pour bâtir, épingler les pointes des goussets aux pointus des fentes des pièces, tendre le droit fil sur le biais, en suivant le tracé, le biais donnant la cambrure sera toujours au-dessus du droit fil.

Brider les goussets pointus sur une hauteur de 3 centimètres, les goussets carrés sur 1 centimètre. Piquer, rabattre, faire les points de chausson, recouper pareil au patron, épingler et. bâtir les sergés, les piquer, débâtir, baleiner, arrêter les baleines, éventailler, border et poser les œillets.

Manière de bâtir les sergés. — Épingler tout d'abord les sergés du côté gauche de préférence, d'après un patron ou un modèle donné. Laisser les sergés plus longs que les tissus de manière à ne pas faire de plis ou fronces en piquant. Toujours bâtir de la taille en haut, puis de la taille en bas.

Pour le second côté, mettre très exactement les coutures les unes sur les autres. Pointer les sergés en haut, en bas, à la taille et au milieu du bombé des hanches, les épingler, puis les ajuster, en présentant le deuxième côté du corset sur le premier.

Bâtir très droit, après s'être bien assuré que les sergés sont exactement en face les uns des autres ; piquer à l'endroit. Les ressorts, buscs et baleines doivent être serrés dans leur gaine.

Manière de poser un ruban de taille. — Le ruban de taille d'un corset à goussets se pose au-dessus de la pointe des goussets de hanche, bien à plat, le corset tendu en largeur, comme il le sera sur la personne.

Dans un corset à pièces, prendre la cambrure en se rapportant au droit fil de la taille, qui s'éloigne de la couture en descendant sur les hanches, et dont le biais remplace les goussets ; mettre le ruban de la taille immédiatement audessus de ce biais.

Le bord. — Le bord du haut d'un corset doit être bâti très large. Ne jamais maintenir un bord, même si le corset est haut.

Les jarretelles. — Les jarretelles se font simples, doubles ou en fourche ; on les pose alors à plat sur la hanche. Le droit fil de la jarretelle doit tirer le corset sur le devant, au-dessous du busc et se trouver au milieu des hanches pour le côté.

Différentes manières de lacer un corset. — Il y a trois genres de lacer un corset.

1° Le laçage ordinaire se fait croisé, les œillets percés face à face, avec paresseuse à la taille, et, pour la mode actuelle, au milieu du bombé des hanches, et un peu audessus de la pointe des baleines de devant.

On appelle paresseuse une boucle formée par le lacet sur l'endroit du corset entre 2 œillets consécutifs.

En tirant les 2 boucles, naturellement placées en face l'une de l'autre, le lacet coulisse et serre le corset. Les paresseuses interrompent le laçage en deux ou trois endroits suivant la longueur du corset et permettent de l'ajuster sans peine, On les noue par une bouffette à 2 boucles.

2° Le laçage simple, qui se fait-en surjet, les œillets intercalés et sans paresseuse. Pour placer les œillets mettre les deux côtés l'un sur l'autre et marquer le premier æillet du haut à un centimètre du bord. Descendre le côté droit sur le côté gauche, épingler et percer les œiIlets à 1 centimètre½ de distance les uns des autres. Lorsque l'on arrive au bas, remonter le côté gauche sur le côté droit, afin de percer les deux derniers ensemble. Lorsque l'on veut faire une paresseuse, commencer en mettant les œillets à la hauteur de la taille, en arrière des baleines du dos.

3° Le Laçage « Russe » qui s'exécute en trois parties, avec 3 lacets de longueurs différentes.

On perce les œillets comme à l'ordinaire.

On l'exécute ainsi : Commencer à lacer. à 4 centimètres au-dessus de la paresseuse de la taille et laisser les bouts du lacet dans le dernier æillet du haut: Lacer ensuite à 6 ou 8 centimètres de la taille jusqu'en bas et laisser les bouts du lacet dans le dernier æillet du bas. Puis, lacer la taille en commençant au-dessous du premier laçage du haut, faire la paresseuse ordinaire et terminer à la hauteur du laçage du bas. Coudre les deux morceaux de lacet ensemble.

Pièces biaisées. — Les pièces biaisées ne se font généralement qu'au-dessous de bras, puisqu'elles remplacent les pinces et goussets, le biais donnant la cambrure voulue. Il ne faut pas tendre ces pièces en hauteur, ni en les bâtissant ni en les baleinant, mais, au contraire, les tendre sur la largeur. Pour poser les sergés sur une pièce biaisée on tend le droit fil à plat, en évitant de détendre le biais qui formerait bosse. Agir de même pour le baleinage.

Pièces doublées. — On ne double plus, maintenant que la mode est aux corsets souples, que les corsets de tulle, dentelle ou broderie. On prépare alors une doublure pour l'essayage et sur le moulage rectifié, on coupe et bâtit le dessus ou le-dessous du corset, selon le tissu employé. Si c'est de la dentelle, broderie ou tulle, on fait le dessous entièrement, puis on applique le dessus avant d'éventailler et broder. On fait aussi des. corsets de batiste doublée. Alors on prépare, essaye et rectifie le « dessus » du corset ; on pique !es coutures, bâtit les sergés et on ajuste la doublure bien à plat, le sens du dessus et du dessous se rapportant très exactement. Puis on pique, baleine et termine le corset.

Goussets nourrice avec caoutchouc. — Après avoir préparé le corset comme à l'ordinaire, ouvrir le haut de la pièce aux goussets de devant sur une hauteur de cinq centimètres au-dessus de la ligne de la taille. Replier le tissu de trois ou quatre centimètres dans le haut en diminuant sur le bas, et remplacer le tissu enlevé par des caoutchoucs. Border à plat et piquer. Procéder de la même manière chaque fois que l'on voudra mettre un gousset de caoutchouc à quelque endroit que ce soit.

Gousset nourrice à coquille ou coulisse. — Préparer de même le corset, ouvrir en arrière et en haut de la pièce ou gousset à sept centimètres au-dessus de la ligne de la taille, cranter et replier exactement sur le repli, placer, sur la couture avant, des coulisses à deux centimètres de distance les unes des autres. Border à plat, piquer et faire sur la couture arrière, face aux coulisses, des œillets brodés pour les passer. Les attacher en avant de la pièce en les retenant ensemble. Les border et faire une bride qui s'attache à un bouton placé au corset, au haut du busc.

Corset nourrice â double gousset. ¶ Couper et tracer deux goussets devant aller l'un sur l'autre, l'endroit de l'un sur l'envers de l'autre, de façon à ce que les deux tissus se trouvent à l'endroit. Bâtir le premier gousset en arrière seulement, le deuxième en avant, replier au tracé et border à plat les deux côtés libres des goussets, réappliquer, en les épinglant, le gousset de dessus sur le gousset de dessous. Faire la bride, piqûre et rabats, points de chausson. comme â l'ordinaire. Puis en avant du gousset de dessus faire des brides à 3 centimètres les unes des autres, s'attachant aux boutons posés en avant du gousset.

Dos â pince. — Les pinces qui doivent être bâties à plat sur l'endroit du corset, servent à donner la cambrure de la taille ; elles sont, à cet effet, tournées sur le devant.

Les goussets de hanche doivent avoir le sens droit fil en avant du corset, de façon à ce que la largeur donnée par le biais soit rejetée en arrière.

Devant â pinces. — Les pinces qui finissent dans la pointe des goussets de gorge doivent être de même largeur de la taille en bas, pour donner de la cambrure, très étroites du haut, afin de dégager l'estomac.

Les goussets de poitrine ont le sens droit fil tourné sur l'arrière pour ramener la largeur en avant.

Manière de faire un corset. — Pour couper un corset quel qu'il soit, plier le tissu endroit sur endroit, les deux lisières ensemble. Épingler les pièces du patron, en commençant par celle de devant, et en tenant compte du sens à donner à chacune des pièces. De cette façon les deux côtés du corset se trouvent coupés ensemble.

Couper chaque pièce en ayant soin de laisser les remplis nécessaires, un centimètre pour les coutures simples et deux centimètres pour les coutures doubles. Tracer, les pièces l'une sur l'autre, exactement pareilles au patron et retirer les épingles.

Pour bâtir, commencer à épingler les pièces du côté gauche, celles de devant en premier et en se fiant à la ligne de la taille. Puis continuer, en épinglant de la taille en haut, et de la taille en bas. S'assurer que ce côté épinglé correspond exactement aux mesures données et bâtir.

Épingler ensuite le second côté, le poser sur le premier afin de vérifier s'ils sont bien semblables et bâtir. Brider, piquer, faire les rabats à la machine et finir à la main les pointes des goussets sur l'envers. Poser et bâtir les sergés, les piquer, baleiner, arrêter les baleines, éventailler, border, mettre les jarretelles, poser les œillets repasser et garnir.

Rectifications. Dépiquage. — Pour rectifier un corset terminé, il faut, en premier lieu, marquer les placés des paresseuses, afin de ne pas déplacer les lignes de la taille, découdre, sans les détirer, les dentelles et bords, puis dépiquer du côté opposé de la rectification marquée en tirant les fils de piqûre dessus et dessous. Ne jamais couper le fil, on risquerait ainsi de couper les fils du tissu ou des sergés. Bâtir le premier côté, le comparer au côté essayé, puis faire le second côté. Piquer, arrêter les fils très soigneusement et à l'envers avec aiguille, et terminer le corset.

Temps nécessaire pour faire un corset

DÉSIGNATIONOUVRIÈREÉLÈVE
Coupe et bâtissage . . . .
Rabats à la main . . . . .
Débatissage . . . . . . .
Pose de rubans . . . . .
Piqûres complètes . . . .
Baleinage . . . . . . . .
Arrêts et éventails . . . .
Busc   . . . . . . . .
Bord à la main . . . . . .
Bord à la machine . . .
Finition (selon l'importance) .
2 heures
1 heure
1 heure
1 heure
1 heure
1 heure
1 heure
1 heure
1 heure
3/4 d'heure
1 heure
3 heures
2 heures
2 heures
3 h. ½
1 h. ½
1 h. ½
3 heures
1 h. ½
3 heures
1 h. ½
3 heures
11 h. 3/425 h. ½

Fournitures. — Les ressorts, baleines, sergés, se mesurent par lignes, une ligne valant 2m/m ; les baleines employées généralement sont de 1 ligne à 7 lignes ; les ressorts de 5 à l0 lignes, les buscs de 3 à 5 lignes par côté, la force se désigne par 1 / 10 variant selon les fabricants, buscs et ressorts orthopédiques se commandant spécialement.

    II y a plusieurs sortes de buscs :
    le busc impératrice,
    le busc angeloz,
    le busc à crochets,
    le busc plat,
    le busc à œillets sur le côté,
    le busc à boutons,
    le busc à boutons tournants.

Ces différentes sortes de buscs se font amincies du haut ou non amincies.

Qualité des baleines. — Les baleines généralement employées sont la corne, le cachalot, la scandinave et la baleine robe ou fanon ; on reconnaît la qualité de la baleine à la régularité des fils, elle se divise en trois sortes :

1° La robe, ou coeur de fanon en 120, 1re qualité.

2° La pointe, ou barbe en 68-170 cm., 2e qualité.

3° La bordière (bord de fanon) de 10 cm. à 1 mètre, 3e qualité.

Il y a deux sortes de fanon, celui de l'Amérique du Sud et celui de l'Amérique du Nord (plus cher et meilleur), les prix des baleines suivant des modifications, se renseigner au moment d'acheter.

Les sergés. — Il y a différentes qualités de sergés : en coton, en fil, en soie ; leur largeur varie du N° 4 au N° 20.

Les coutils et batistes

. — Se font en grande et petite largeur, 140 cm. ou 70 cm., en uni, broché fil et coton, broché fil et soie, coton similisé.

Les lacets. — Se fabriquent en coton, en fil, en soie. Ils sont ou plats de 16 à 26 côtes, ou tubulaires ou nattés (dits Plumes) ou à grosses côtes (dits Milanais).

Caoutchouc. — On emploie pour les jarretelles du caoutchouc uni ou façonné de plusieurs genres ; pour les goussets caoutchouc, du tissu vulcanisé soie ou coton, ainsi que des tricots élastiques avec lesquels se font ceintures ou corsets.

QUELQUES, CONSEILS AU SUJET
DE LA MACHINE A COUDRE
1

Pour que la machine puisse fonctionner avec douceur et légèreté il est nécessaire que tous les points de contact du mécanisme soient constamment recouverts d'une légère couche d'huile.

Huiler fréquemment la coursière et les endroits indiqués : une goutte d'huile suffit à chacun des endroits.

Pour huiler 1a broche de l'arbre bascule oscillant, il faut enlever la vis près de la base du bras, du côté du volant, remplir le réservoir d'huile, remettre la vis et la serrer fortement. Ne pas oublier la rondelle en cuir sous la tête de cette vis, elle sert à fermer hermétiquement l'ouverture, autrement l'huile s'écoulera trop vite, et le réservoir étant vide, les supports s'échaufferont.

Après le graissage, faire marcher rapidement la machine pendant quelques instants pour faire pénétrer l'huile dans le mécanisme. Si la machine fonctionne constamment, il faudra l'huiler Journellement.

1. Pour renseignements complémentaires, voir: Langlois : Le livret de la couturière (5e édition, 1933. Eyrolles. Paris),

Pour huiler le bâti, mettre une goutte d'huile aux pivots de la poulie, de la pédale, et aux deux extrémités de la bielle qui relie la pédale à la poulie.

N'employer que la meilleure huile, l'huile de qualité inférieure bouche les trous graisseurs, empêche la machine de bien fonctionner et amène l'usure rapide du mécanisme.

Si la machine est dure après être restée quelque temps sans fonctionner, mettre un peu de pétrole aux endroits indiqués, faire marcher rapidement la machine pendant un moment, essuyer et enfin huiler, c'est l'emploi d'une huile inférieure qui, la plupart du temps, rend la machine dure. La courroie ne doit être ni trop tendue ni trop lâche. Si elle est trop longue, la détacher et la couper à la longueur voulue.

Si le fil de l'aiguille casse, cela est dû probablement à l'une des causes suivantes :
    machine mal enfilée,
    tensions trop serrées,
   
    aiguille tordue ou ayant une pointe émoussée,
    fil trop gros par rapport à la grosseur de l'aiguille,
    ressort cassé.

Si c'est le fil de dessous qui casse, régler la tension de la navette et s'assurer que la poussière ne s'est pas amassée à l'intérieur ou sous le ressort de tension.

La casse du fil est souvent causée par l'emploi d'aiguilles inférieures et de mauvais fil.

Les points manqués sont souvent dus à une aiguille tordue ou dont la pointe est émoussée.

S'assurer que l'aiguille est bien placée, retirer la plaque à aiguille et s'assurer que la griffe d'entraînement est propre et fonctionne librement. Remettre la plaque à aiguille en place.

En cas de casse d'aiguilles, s'assurer que l'aiguille n'est pas tordue, et éviter de tirer sur l'étoffe pendant la couture, ce qui ferait frapper l'aiguille sur la plaque à aiguille et la casserait. Si le travail fronce, la cause en est à des tensions irrégulières. Pour la couture ordinaire, la tension du fil de dessus et celle du fil de dessous doivent être égales et juste assez fortes pour nouer les deux fils dans l'épaisseur du travail.

Si l'une des deux tensions est Plus forte que l'autre, le point sera mal fait. On obtient habituellment un point parfait en réglant la tension du fil de l'aiguille. Pour augmenter la tension, tourner l'écrou moleté de gauche à droite ; pour diminuer cette tension, tourner l'écrou dans le sens inverse.

Les machines sont soigneusement ajustées avant leur expédition, il est donc rare qu'il soit nécessaire de modifier la tension du dessous. On règle cette dernière en serrant la vis du ressort de tension sur la boîte à canette pour augmenter la tension, ou en desserrant cette vis afin de la diminuer.

Avoir soin d'employer fils et aiguilles convenant aux tissus à coudre.

En cas de points bouclés, on y remédie à l'aide des ten- sions. S'assurer que la navette et l'aiguille sont enfilées convenablement, que le fil employé est de bonne qualité et de grosseur bien appropriée à l'aiguille. Voir si le ressort n'est pas cassé.

La machine Singer 31 K à canette centrale se recommande tout spécialement pour la confection du corset, ainsi que les fournitures de cette marque.

PREMIÈRE ANNÉE



Questionnaire

Quels sont les différents points employés dans le corset.

Les baleines doivent-elles être employées brutes ou travaillées ?

Comment travaille-f-on les baleines brutes afin de les rendre propres â il emploi ?

Quelles sont les différentes sortes de fermetures

        1° pour un corset.

        2° pour une ceinture

Dans quel sens s'emploie le tissu ?

De quelle façon doit-on poser un patron ?

De quelle façon doit-on épingler les sergés ?

De quelle manière le bord doit-il être posé ?

Quelles sont les dif f férenfes façons de mettre les jarretelles ?

Quelles sont les différentes manières de lacer un corset ?

Décrivez-les.

Les différentes pièces d'un corset sont-elles toutes droit fil, y en a-t-il qui peuvent être biaisées ?

De quelle façon alors faut-il les travailler ?

Quelles sont les différentes formes de goussets nourrice ? Décrivez-les.

Quelle est la façon la plus simple et la plus rapide de faire un corset ?

Quel temps faut-il pour son exécution ?

Quelles sont les différentes fournitures employées à la fabrication du corset, dites-en les qualités et le prix.

Établissez un prix de revient.

Quels sont les différents outils nécessaires à la corsetière ?

MACHINE

Quel est le point essentiel pour qu'une machine fonctionne bien ?

Expliquer la façon de graisser une machine et s'il est nécessaire d'employer un autre produit.

Quelles sont les raisons qui font que le fil casse ?

Que peut-on faire pour que le point soit nef et régulier et pour empêcher que l'aiguille ne casse ?

Machines et leurs Fournitures
Pour la pose des aeillets et celle des ferrets
Machines et leurs Fournitures
Fig. 22.


Machines et leurs Fournitures (suite)
Machines et leurs Fournitures (suite)