COURS DE PERFECTIONNEMENT

Le Cours de Perfectionnement s'adressant aux Jeunes Filles dont l'apprentissage est en cours, en dehors de l'école, le professeur devra, pendant la première année, s'appliquer à développer les connaissances acquises.

Revoir tous les points nécessaires à la confection d'un corset, avec leur application, la façon de travailler les baleinés (indiquer les différentes qualités et les différents prix) : éventails, la pose du busc, du boutonnage, l'agrafage, la pose des sergés d'après un modèle donné (l'emploi de leurs différentes largeurs) : le bord, la bordure, la jarretelle, la pose des æillets, le laçage.

On pourra, si l'élève est assez avancée dans son travail, lui démontrer le bâtissage du deuxième côté du corset et la copie de la mousseline d'un corset simple.

La deuxième année sera employée à la coupe, au bâtissage; à la création de modèles.

En premier lieu : copie d'un corset.

Indications de la qualité de tissu à employer.

Façon de prendre les mesures sur une personne, comme également sur un patron, et de les adapter au modèle de corset correspondant.

Manière d'essayer un corset et de le rectifier.

On fera, sur un mannequin, des moulages de formes différentes avec l'étude de la pose du baleinage, pour habituer es yeux et les mains à l'ensemble des lignes, au sens du tissu alpplicable à la création de modèles nouveaux.

En second lieu : aider à développer l'initiative de l'élève : lui apprendre à établir un prix de revient, l'organisation d'un atelier, le montage d'une machine à coudre, son entretien, le réglage da point.

L'étude du soutien-gorge et de la ceinture en tricot ou autres tissus, sera démontrée d'une façon toute spéciale à là fin de la deuxième année, c'est-à-dire lorsque les élèves approchant de la fin de leur apprentissage, en auront compris l'importance.

On pourra également instruire l'élève sur des modèles de cache-corset forme corsetière et sur l'orthopédie élémentaire se rapportant aux sangles et aux ceintures abdominales.
 

REMARQUES

Il est bon d'apprendre aux élèves la manière de couper et de monter les formes à goussets, car elles doivent connaître leur métier à fond. Ces formes tendent à disparaître avec la mode actuelle, qui exige des lignes droites (ne pass'y attarder, surtout en deuxième année et s'attacher à l'étude des corsetsceintures actuels qui laissent à la femme tant de souplesse, tout en là maintenant).

Avec le corset-ceinture, étudier le soutien-gorge indispensable pour conserver l'harmonie de la ligne. Ce dernier doit soutenir la poitrine, mais surtout ne pas la remonter.

Il doit descendre assez pour qu'il n'y ait aucune démarcation entre son bord inférieur et le haut du corset.

La confection du corset de série n'étant pas toujours la même que celle du corset sur mesure, il sera nécessaire d'indiquer les façons qui diffèrent, en enseignant aux élèves de deuxième année, les diverses instructions ci-après.

Les fabricants de corsets en gros estiment que les instructions données par les corsetières sur mesures pour l'apprentissage dans les écoles professionnelles sont excellentes, et que les jeunes filles ayant suivi pendant deux ans des cours aussi bien dirigés, peuvent faire de bonnes ouvrières.

Coupe. — Les patrons sont établi pour que le traçage soit fait autour des calibres en carton sans laisser d'étoffe en plus pour les remplis, ceux-ci étant compris. Le tracé se faisant toujours pour plusieurs corsets, et même pour plusieurs douzaines, il importe d'intercaler les petites et les, grandes tailles pour économiser le tissu et employer le métrage le plus réduit par douzaine. Les pièces peuvent se toucher à l'épaisseur d'un trait de crayon près ; la coupe se fait s'Ur des tracés au crayon, à la scie à ruban ou au couteau électrique quand il y a plusieurs épaisseurs ; les ciseaux sont employés seulement pour les corsets à l'unité.

Machines. — Un bon ouvrier a toujours de bons outils. Une mécanicienne devra donc bien connaître sa machine. Pour en assurer le bon fonctionnement avec le minimum d'usure, elle apprendra à la nettoyer chaque matin, à mettre de l'huile aux endroits qui lui seront indiqués, à régler la tension du fil dessus et dessous, à régler le point. Une belle piqûre doit avoir 6 à 8 points au centimètre.

Busc. — La pose du busc est la première façon, elle se fait à la machine et non à, la main, avec un pied de biche à une branche. Louvrière généralement spécialisée pour ce genre de travail indique avec un crayon, sur la pièce du busc, la place des agrafes du côté droit et celle des boutons de gauche. Puis elle assemble, à l'envers, le tissu et l'a bande de sergé, elle pose ensuite le busc en faisant un petit trou à l'endroit des boutons avec la pointe des ciseaux ; enfin elle pique tout autour, du busc, en ayant soin de tendre tissu et serge, pour qu'il soit très serré dans le fourreau. Elle doit s'assurer que les deux côtés sont bien en face l'un de l'autre et d'égale longueur pour que le montage du corset soit droit.

Montage. — Une bonne monteuse est une première ouvrière, elle trace à. l'ongle les remplis des pièces, si les coutures doivent être rabattues, sans prendre plus d'un demi-centimètre par couture,: ni plus à un endroit qu'à un autre. Elle pique à la machine, sans les bâtir, les pièces ainsi tracées, s'assure qu'elle les met bien en face les unes des autres, que les deux côtés du corset sont identiques et qu'il donne la taille pour laquelle il a été coupé.

Pinces. — Le corset confectionné a rarement des pinces cependant, s'il en existe, la monteuse les fera, en ajustant rigoureusement les deux côtés du tracé l'un sur l'autre.

Caoutchouc. — Quand le corset comporte des pièces ou des goussets en caoutchouc, l'ouvrière doit employer une aiguille spéciale et veiller à ce que celle-ci pique entre les gommes pour éviter de les couper.

Pose de rubans. — Les sergés ou les bandes sergés sont piqués à la machine sans être ni bâtis, ni épinglés pour ce genre de travail, il existe des machines à deux aiguilles pour les ressorts, à trois pour les baleines, à quatre pour les dos. L'ouvrière doit poser des rubans exactement au même endroit des deux côtés du corset et bien en face les uns des autres. Celui du dos a une triplure pour assurer le renforcement des œillets.

Ruban de taille. — Il est pris au dos, puis successivement sous les autres rubans jusqu'à celui du dessous de bras ; la pose doit être rigoureusement la même pour les côtés du corset.

Rafraîchissage. — En théorie, un corset bien monté ne doit avoir rien qui dépasse ni en haut ni en bas, si le patron est juste ; mais en pratique il n'en est pas toujours ainsi. D'où nécessité du rafraîchissage, qui consiste à égaliser aux ciseaux les deux côtés du corset en respectant sa forme.

Bordage. — Le corset, une fois baleiné, est bordé, soit à cheval avec une machine comportant une aiguille munie d'un bordeur plieur, soit à plat avec une machine à deux aiguilles qui maintient le bord plat.

Arrêts machine. — L'éventaillage est quelquefois remplacé par des points de piqûres à la main qui sont généralement de 5 aux baleines, 5 au dos, 8 aux ressorts en points lancés faisant des éventails ronds ou croisés, rarement traversés, les éventails doivent être tous de même grandeur et le nombre de fils 8-10-12. rigoureusement compté.

Garnissage. — Très variable suivant les maisons et, dans chaque maison, suivant les corsets. L'ouvrière doit chercher à dissimuler les points en coulant son aiguille dans le bord du haut de la garniture, sous les rubans sergés pour le bas, afin que rien ne paraisse à l'envers du corset.

Le travail des petites ceintures et des soutiens-gorge n'offre rien de particulier. La pose des boutons, des cocottes est indiquée dans les directives fournies par les corsetières, ainsi que la copie d'un corset et la façon de relever ou de faire un patron.

Du reste, l'apprentissage doit se borner là. Le métier de corsetière est, en effet, complexe : il exige de l'habileté qui s'acquiert par l'assiduité à la tâche quotidienne, du soin, un certain goût et même des connaissances de l'anatomie féminine, trop souvent négligées.

Des jeunes filles diplômées des écoles professionnelles ayant consacré deux années à l'étude dés différentes leçons du corset, sont assurées dé trouver un emploi rémunérateur.



COURS DE PERFECTIONNEMENT
Questionnaire

Décrivez, en les esquissant, les dif férents points employés dans la fabrication du corset.

Dites : 1° les prix des baleines, leurs différentes qualités et largeurs ;

            2° les prix des ressorts, leur largeur et comment on désigne cette largeur ;

            3° la largeur des sergés et quels sont les sergés les plus employés.

Etablissez le prix de revient :
          1° d'un corset ordinaire,
          2° d'une ceinture de batiste.

Quelles sont les principales mesures à prendre pour préparer un corset ?

Quelles sont les choses essentielles à observer dans un essayage ?

Quelle est l'utilité de faire des moulages et sur quoi se base-t-on pour créer de nouveaux modèles ?
        Faites un croquis de moulage sur mannequin.

Quelle est la quantité de tissu nécessaire, selon sa largeur, pour un corset ?

Donnez un exemple.

De quelle manière s'emploie le tissu de tricot, quel en est l'avan- tage ?

Quelle différence faites-vous entre un tissu de tricot et un tissu caoutchouté, et quel est, à votre avis, celui qu'il est préférable de porter ?

Le soutien-gorge accompagnant la ceinture est-il indispensable ; quelles sont les formes différentes qu'on peut lui donner ? Dessinez-les.

Quelles connaissances spéciales doit acquérir une bonne corsetière afin d'établir un modèle parfait ?

Quels sont les principaux viscères du corps humain ?

Quels sont les principaux organes que le corset doit maintenir et sur quelle partie du corps doit-il prendre son point d'appui.

Décrivez les avantages qu aura un corset combiné et créé d'après les données anatomiques et physiologiques,

La même forme de corset peut-elle s'appliquer à foutes les femmes et faut-il des modèles pour Personnes fortes et d'autres pour personnes minces ? Croquis.

Qu'appelle-t-on désanglée ?

Quel est le cas des désanglées et d'où provient-il ?

La ptose est-elle guérissable et quel remède le corset peut-il y apporter ?